dagmar.jpg

En ignorant les comportements inadéquats et en récompensant les comportements désirés, votre chien apprendra rapidement ce qui procure de la satisfaction.
Dans un esprit «donnant-donnant», ou « win win » il essayera à chaque instant de vous faire plaisir. Et n’oubliez pas, il faut plus de temps pour certains chiens, alors patience !

Rencontres canines

UNE RENCONTRE CANINE QUI DÉGÉNÈRE… ET C’EST LE DRAME ☺

Avant toute chose, je rappelle que pour qu’une première rencontre canine se déroule bien, il est bon de penser à :
– choisir un endroit neutre,
– se trouver dans un lieu ouvert et spacieux,
– détacher son chien,
– s’écarter de lui sans intervenir (et lui faire confiance).

Mais parfois… On ne sait pas pourquoi, les chiens se bagarrent. À gabarits équivalents ou quasi équivalents la plupart des comportements agonistiques ne sont pas dangereux quand les protagonistes sont sociables. Le chien, animal social, « agresse » parfois ses congénères et cela ne devrait pas forcément inquiéter ses humains d’attachement. Pourquoi? Parce que la plupart du temps, il s’agit davantage de frictions très ritualisées que de « bagarres ». Elles ne durent que quelques secondes, pour le peu que les humains s’écartent et ne s’en mêlent pas. Les deux chiens auront tôt fait de se séparer et de reprendre leur chemin, pas plus traumatisés qu’avant la dispute. Souvent, c’est le propriétaire du chien « agressé » qui se met en colère, ordonne à l’humain de rattacher son chien agressif qu’il ne maîtrise pas. C’est une réaction qui n’est que la projection de la peur humaine de l’agression. Car oui, pour un chien, se bagarrer quelques fois est en fait normal.

Pour le chien, l’agression est une activité inscrite dans son éthogramme. Elle est parfois nécessaire pour régler un conflit. L’essentiel est qu’il ne l’hypertrophie pas. En effet, ce n’est pas parce qu’un chien se bat quelques secondes avec un autre chien qu’il doit être taxé «agressif». N’exagérons pas. Si ce comportement n’est pas systématique, si votre chien sait très bien en rencontrer un autre sans se quereller avec lui, si parfois il se chamaille sans blesser l’autre, s’il reprend une activité normale ensuite, continuez votre chemin sans y penser. Votre chien ne fait que se comporter comme un chien.

Et c’est bien là tout le problème en vérité. Nos chiens sont priés de se comporter comme nos enfants. Ils doivent être polis, ne surtout pas aller à la rencontre des chiens inconnus, tout accepter du chien qu’il croise pour montrer qu’ils sont dociles, ne pas grogner et surtout, ne jamais, ô grand jamais, dévoiler les crocs… Il ne faudrait pas que les gens pensent que nos chiens sont « agressifs » ou « mal éduqués ».

Une rencontre canine dépend de beaucoup de paramètres : la personnalité des chiens, leurs motivations personnelles, le contexte… Si le chien se bagarre parfois, c’est parce qu’il communique à son congénère un message qui sera très vite compris, à condition que les humains n’ajoutent pas de stress avec leurs cris, leurs gestes affolés, leurs tentatives dangereuses de tirer leur chien à eux (risque de morsure re-dirigée).

Éloignez-vous simplement en rappelant votre chien (qui, soit dit en passant, préfère souvent vous rejoindre que continuer à se bagarrer). Dans une situation de bagarre, aucun des chiens n’est à sanctionner ou à féliciter. Laissons-les se débrouiller seuls, un contre un, et vous observerez que la bagarre ne dure que quelques secondes. Elle impressionne souvent les humains mais elle se révèle presque toujours inoffensive. Les chiens ne sont ni blessés, ni perturbés.

Enfin, inutile de vous montrer désagréable (ou agressif) envers votre propre congénère, sous prétexte que son chien a rabroué le vôtre. Dans cette relation canine bilatérale, l’homme n’a aucun rôle à jouer. Il ne peut qu’accepter les rapports frictionnels incontournables avec sang froid et politesse. Adopter un chien c’est accepter que cette situation se présente. Ne l’attachez pas pour autant s’il vous plaît. De la frustration pourrait naître la colère et son lot de comportement compulsifs.

Audrey VENTURA
Comportement – Psychologie – Éducation
@Cynoconsult

Motivation

La motivation du chien est la base d’un bon contact entre le maître et son compagnon dans les phases d’apprentissage. Si le maître n’est pas assez motivant pour son chien, le chien trouvera de lui-même une autre motivation afin de s’occuper et s’auto-récompenser. 
Afin d’être motivant il faut récompenser, s’occuper, interagir et surtout ne pas oublier de féliciter son chien.
Vous devez être plus intéressant que son environnement extérieur.

Exemple : Lui donner des récompenses régulièrement.

Socialisation

La socialisation est la base d’un bon comportement du chien dans la société. Nous allons la travailler à chaque cours et vous pourrez appliquez la méthode chaque jour. Il est important de toujours faire attention à la distance de bien-être (min. 6 mètres), mais celle-ci reste individuelle.

Concentration maître-chien

La méthode d’apprentissage consiste à récompenser son chien à chaque fois qu’il vous regarde ou qu’il revient vers vous. Cette technique s’applique à tous les exercices.

Exemple : On fait un ou deux pas sur le côté, le chien vous suit et vous regarde, on le récompense immédiatement. Recommencer l’exercice 3 ou 4 fois et s’arrêter avant que le chien ne se déconcentre.

Rappel

Le rappel est le plus important des apprentissages. N’oubliez pas, il peut sauver la vie de votre chien.
Rappeler son chien lorsqu’il est en mesure de revenir afin qu’il puisse réussir cet exercice. Il ne sert à rien de le rappeler dix fois car il n’apprendra pas à revenir au premier rappel. La méthode d’apprentissage consiste à : appeler votre chien par son nom, dès qu’il vous regarde alors vous pouvez l’inviter du geste de la main (guidage) à revenir vers vous et le récompenser à chaque fois qu’il revient.

Exemple : Zhuhaï, geste de la main, récompenser. Ne jamais rappeler votre chien pour le gronder ou le capturer, il assimilera cet exercice à quelque chose de désagréable et ne reviendra plus vers vous.

Promenade en laisse fluide (sans tirer)

Afin que votre chien ne tire pas en longe, il vous suffit de vous arrêter à chaque fois que la longe est tendue. Votre compagnon apprendra que lorsqu’il tire sur la longe plus rien ne se passe. Comme il a envie d’avancer, il apprendra par lui-même à ne pas tirer. 
Il est clair que cet exercice ne consiste pas en une marche au pied mais bien en une promenade agréable avec votre compagnon.

Exemple : Je marche, il va tirer, je m’arrête ainsi de suite jusqu’à obtenir une marche fluide. La Flexi n’est pas un outil adapté pour cet apprentissage.

Marche au pied

Votre chien se trouve à la hauteur de votre jambe, récompensez le, avancez d’un ou de deux pas il vous suit, récompensez le. Récompensez le à chaque fois qu’il est au bon endroit, ceci sans lui demander de position assise. En vous déplaçant en avant, en arrière, à gauche ou à droite, vous pouvez amener votre compagnon là ou vous souhaitez qu’il se positionne.
Ne jamais tirer sur la laisse pour lui faire comprendre que ce n’est pas ce que vous désirez.

Les positions : assis, terre, debout

Assis
Etablissez le contact visuel avec votre chien : regardez-le ou montrez-lui éventuellement que vous avez quelque chose d’intéressant (nourriture, jouet). Attendez, que votre chien se mette assis de lui-même. A ce moment introduisez le mot Assis et récompensez le aussitôt.

Terre ou couché
Prenez dans votre main une récompense et posez la main par terre. Attendez. A chaque fois qu’il s’en désintéresse, montrez lui a nouveau la friandise. Patientez et vous constaterez qu’au bout d’un moment il va se mettre couché de lui-même. A ce moment vous pouvez introduire l’ordre Terre ou Couché selon votre choix. Récompensez le immédiatement.

Debout
Votre compagnon est en position assise : vous lui montrez la récompense juste devant son nez et vous éloignez la main de quelques centimètres. Votre chien va suivre votre main et se mettre en position debout. Au même moment vous allez dire Debout et le récompenser.

Rester en position couchée (terre)

Votre chien est en position assise à côté de vous. Mettez le en position couchée, accroupissez vous à coté et récompensez le constamment. Par la suite s’il reste, levez vous en continuant à distribuer les friandises. L’étape suivante consiste à vous positionner devant votre chien et à répéter les récompenses. Par la suite, vous reculez d’un pas et avancez à nouveau vers lui afin de lui placer la récompense entre ses pattes ainsi de suite en augmentant la distance s’il reste en place. Cet exercice sert également à positiver l’endroit où le chien se trouve.

Le rapport d’objet ou de jouet

Essayer de motiver votre chien en jouant avec cet objet : lorsqu’il le prend dans sa gueule, vous courez avec lui. Durant sa course, il tiendra l’objet. Récupérez-le avant qu’il ne le laisse tomber. Si toutefois, il rechigne à vous le donner, faites un échange contre de la nourriture et dites lui : donne

L’étape suivante consiste à poser l’objet non loin de vous. Concentrez vous sur l’objet. Il va s’en saisir. A ce moment vous reculez et votre chien viendra vers vous car il aura appris que s’il vous apporte quelque chose, vous lui donnez autre chose en contrepartie.

Sauter un obstacle

Placez-vous avec votre chien le plus près possible de l’obstacle d’une hauteur de 10 à 40 cm selon la taille de l’animal. Par exemple, pour un chien de berger, on débutera par 20 cm. Montrez lui que vous avez quelque chose d’intéressant dans la main (nourriture ou jouet). Quand vous avez capté son attention, vous lancez l’objet de l’autre côté de l’obstacle. Il va sauter pour obtenir sa récompense.
Introduisez l’ordre de sauter au moment où il saute.

Cet exercice ne doit pas être introduit avant 10 mois.